Résonance

Identité de la holding Résonance.

Une Agence Conseil en communication a posé les bases de réflexion pour l’identité de la holding Résonance. Les points d’accords et de singularité entre nos approches ont permis d’amener les idées qui ont abouti au développement de notre concept.

1. « Le logotype doit montrer la dimension institutionnelle du Groupe, il ne représente pas l’activité des entreprises. »

Résonance est en effet une holding dont l’image ne doit pas « imiter » l’activité de ses entreprises, qui sera probablement amenée à évoluer, notamment avec l’intégration de nouvelles entités (comme Bowindow). La notion d’institution est toutefois à nuancer, Résonance n’en est pas une à proprement parler (on parlera plutôt d’identité corporate). Le terme « institutionnel » évoque souvent une communication plûtot aride, austère, nous pensons développer une image de sérieux et de stabilité, soit ! Mais qui n’exclut nullement des notions plus dynamiques.

2. « Le nom a été choisi car le mot ‘résonance’ correspond à l’objectif recherché dans le rapprochement des deux entités et des projets du groupe. »

Ce choix pertinent positionne Résonance au point de rencontre des différentes sociétés de la holding elle est l’expression des activités cumulées d’Agencements Le Carlier, Houot Agencements et plus récemment Bowindow. Au service de ces trois filiales, elle existe par la superposition de leurs besoins et de leurs activités.

3. « Le logotype pourrait avoir une base line associé qui explique le choix du nom par le sens qui y est accolé »

Nous n’excluons pas l’idée d’une base line. Le mot résonance est très évocateur, il renvoie immédiatement et autant à un phénomène acoustique concret qu’à une réaction positive résultant de la rencontre de plusieurs éléments. Il n’a pas besoin d’être figuré au delà du nom.
A contrario de l’agence de communication, Il nous semble dangereux et redondant d’utiliser le phénomène acoustique comme base graphique. En effet l’ambiguité sur l’activité de la société sera forcée : l’image + le nom signifierait sans équivoque  une société dont l’activité est autour du son (radio, société de sonorisation, ….). Nous exclurons de notre proposition les éléments graphiques associés au son.

4. « Augmentation de l’amplitude d’une vibration résultant d’impulsions de fréquence semblable. »

Cette notion est séduisante. Elle illustre parfaitement le positionnement Résonance, au point focal et équitable de ses trois sociétés. Au-delà de ce que nous avons déjà abordé au point 2, la pensée se précise, Résonance n’est pas un lieu de rencontre mais la résultante de plusieurs énergies associées.
Nous traduirons ceci par une équation simple :
1 +1 = 3
Le Carlier + Houot (+ Bowindow) = Résonnance

5. Récapitulatif
l’image de la société ne doit pas « imiter »
Résonance existe par la superposition de leurs besoins et de leurs activités
Le nom n’a pas besoin d’être figuré.
résultante de plusieurs énergies associées.
1+1 = 3

6. Proposition
Après avoir suivies diverses pistes, nous avons opté pour un concept illustrant très simplement les notions abordées précédemment. Notre question de départ était comment faire vibrer la typographie, comment trouver un point de résonance typographique ? Notre réponse se situe sur deux niveaux : la couleur et la forme….

6.a Couleur
Nous avons opté pour deux couleurs dérivées des couleurs existantes pour les deux principales sociétés Le Carlier et Houot. En lieu et place du rouge et du bleu qui leurs sont associées, nous avons pris un orangé et un cyan. Ces couleurs nous permettent d’éviter l’évocation d’un patriotisme inapproprié (Bleu-blanc-rouge), de donner une image plus fraîche et surtout, d’obtenir une vibration chromatique plus importante.
Si nous procédons à une superposition additive de ces couleurs, nous générons une troisième couleur résultant des deux autres : le brun.

6.b Forme
Le point de départ est l’initiale : le ‘R’ de Résonance est notre élément graphique.

Initiale = élément graphique

Nous l’avons ensuite passé à la moulinette de notre équation 1+1=3.

C’est ici que notre concept prend corps : le logotype R Brun n’est pas dessiné réellement, il n’existe que par la superposition des dessins des R orangé et bleu. Pour nos propositions, nous avons toujours opté pour un couple typographie moderne (sans empattement) / typographie classique (à empattement). Le décalage des couleurs du aux formes des lettres permet de donner du relief au logo et évoque sensiblement le décalage chromatique opéré pour les effets 3D (comme le cinéma à lunettes 3D des années cinquante).
Classique, élégante, sérieuse et dynamique, l’image qui résulte du procédé que nous avons mis en place nous semble à même de traduire le positionnement de la société Résonance, tel qu’abordé par l’agence de communication et notre propre analyse.